La position du cavalier : le bassin

Home » Travail en selle » La position du cavalier : le bassin
posture cavalier



La position “parfaite” du cavalier a été maintes fois décrite dans les manuels , de façon plus ou moins heureuse .

Pourquoi rechercher une bonne position ?

En dehors du côté purement esthétique que dégage une position juste , celle-ci permet au cavalier d’être en équilibre , et donc en sécurité , quelles que soient les réactions parfois imprévisibles de sa facétieuse monture .

 
Elle permet d’être efficace , c’est à dire de pouvoir utiliser chaque partie de son corps de façon indépendante , la fameuse indépendance des aides , et de façon cohérente , de manière à rendre ses demandes les plus claires possibles pour le cheval .
C’est encore la seule qui permet au cavalier de ressentir finement sa monture , et ainsi de s’accorder à son mouvement sans le gêner dans sa locomotion .

Problèmes et solutions

La difficulté majeure dans la recherche de cette posture dynamique idéale , réside dans le fait que le cavalier doit être tonique , pour maintenir son squelette vertical , tout en restant souple et décontracté pour rester liant avec sa monture .
Les consignes données par les enseignants peuvent être contre-productives car elles vont mettre le cavalier en situation d’agir , “rentres tes pointes de pieds” , “serres tes omoplates” , et donc de mobiliser ses muscles gymnastiques , qui vont engendrer des tensions qui se répercuteront sur le reste du corps .
Pourtant , quand on se tient debout au sol , nous parvenons à nous tenir droits sans effort. Ce ne sont pas nos muscles gymnastiques qui soutiennent notre squelette , mais nos muscles profonds , ou muscles posturaux .
Prendre conscience de ces muscles posturaux et apprendre à les mobiliser permet de garder une orientation verticale et un dos tonique tout en restant décontracté et relâché , pour accompagner souplement le cheval dans ses moindres mouvements .
 
position du bassin

Partie 1: Le bassin

Le bassin est la base de l’assiette du cavalier. Sa position va déterminer l’orientation des jambes et du dos.

“C’est un assemblage d’os pratiquement soudés qui forment comme une coupe sans fond.
Le bas de la colonne vertébrale, le sacrum, s’emboîte dans le bassin, ce qui concentre tout le poids du haut du corps dans cette zone.

Les jambes y sont rattachées sur la partie antérieure, au niveau de l’articulation des hanches. 

Les ischions sont situés juste sous la hanche. Que le cavalier soit assis ou debout, toute poussée venant des jambes se transmet à l’avant du bassin” Sally Swift.

Le bassin doit être d’aplomb, c’est à dire que le cavalier doit reposer ses ischions et son périnée. Dans cette posture, les courbures de la colonne vertébrale sont peu marquées, le dos est droit et solide.

Lorsque le bassin est basculé vers l’avant, en antéversion, le rein se creuse et les épaules s’arrondissent.
Lorsqu’il est basculé vers l’arrière, le dos s’avachit et la tête part vers l’avant.

Le bassin doit accompagner souplement le mouvement du cheval, ni plus, ni moins. Moins, il empêchera les cavaliers de se lier pleinement à sa monture, et générera des crispations dans les allures sautées, qui perturberont la souplesse et l’utilisation des aides et la locomotion du cheval.

Plus, les mouvements accentués volontairement nuiront à l’équilibre et à la décontraction du cheval, et contracteront le cavalier qui perdra sa fixité et l’indépendance de ses aides.

La suite dans un prochain article…

Comments

  1. Avoir une bonne position c’est aussi s’éviter des douleurs inutiles, même si l’on a une pratique de l’équitation uniquement en “loisirs” !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Informations légales Harmonie Equestre, un site Passion Cheval